Keyword

Zones à risque naturel

1651 record(s)
 
Domaines
Harvested
Provided by
Type of resources
Available actions
Topics
Keywords
Contact for the resource
Provided by
Years
Formats
Representation types
Update frequencies
status
Service types
Scale
Resolution
From 1 - 10 / 1651
  • Zone d'inondation de Fontainebleau détaillée - Situation au 2 juin à 6h59

  • Zone d'inondation de Montargis détaillée - Situation au 2 juin à 6h58

  • Zone d'inondation de la seine (scénarii - frequent / Moyen / extreme)

  • Zone d'inondation de Dammarie-les-Lys: Delineation Map - Situation le 5 juin 0h56

  • Zone d'inondation de Nemours - Situation au 3 juin à 14h30

  • Le radon est un gaz radioactif issu de la désintégration de l’uranium et du radium présents naturellement dans le sol et les roches. En se désintégrant, il forme des descendants solides, eux-mêmes radioactifs. Ces descendants peuvent se fixer sur les aérosols de l’air et, une fois inhalés, se déposer le long des voies respiratoires en provoquant leur irradiation. Les zones les plus concernées correspondent aux formations géologiques naturellement les plus riches en uranium. Elles sont localisées sur les grands massifs granitiques (Massif armoricain, Massif central, Corse, Vosges, etc.) ainsi que sur certains grès et schistes noirs. A la demande de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, l’IRSN a établi une carte du potentiel radon des sols à partir de la connaissance de la géologie de la France. Cette cartographie permet de déterminer les communes sur lesquelles la présence de radon à des concentrations élevées dans les bâtiments est la plus probable. Les communes sont classées en 3 catégories : - Zone 1 : zones à potentiel radon faible - Zone 2 : zones à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments - Zone 3 : zones à potentiel radon significatif

  • La table L_AZI_CRUE_S_064 est constituée des polygones d’emprise des surfaces inondables caractérisées par les fréquences des crues : - 02 : crue très fréquente (d’ordre annuelle) ; - 30 : crue centennale - 03 : crue fréquente (retour de 5 à 15 ans) ; - 40 : crue décennale - 04 : crue exceptionnelle. Études réalisées en dix phases entre 1994 et 2008. (Cf documents associés pdf). Cette carte vise à informer les citoyens et les décideurs sur le risque d’inondation. Elle n’a pas de portée réglementaire et ne peut se substituer à un document d’urbanisme ou un Plan de Prévention des risques (PPR). Néanmoins, elle permet aux citoyens et aux responsables, élus ou administratifs, de mieux apprécier l’étendue des zones qui présentent un risque d’inondation important ou qui favorisent l’étalement des eaux. Elle est un outil d’information et d’aide à la décision. Elle ne peut être ignorée notamment dans le cadre de l’élaboration des documents d’urbanisme et de leur explication.Cette carte peut-être reproduite, sauf à des fins commerciales. Elle trace le contour des zones dont la probabilité d'inondation annuelle est de 1/10 (crue décennale) et la probabilité d'inondation annuelle est de 1/100 (crue centennale) . La démarche employée allie l’hydrologie (la connaissance des cours d’eau et la dynamique de leur débit) et la géomorphologie fluviale (l’analyse des formes du relief du fond de la vallée). L’ensemble des données disponibles a été pris en compte et analysé : études, archives, informations hydrologiques...Une autre limite de l’étude est le type d’inondation étudié : le débordement du cours d’eau. N’ont pas été cartographiées les inondations par remontée de nappe ou du type du ruissellement pluvial urbain. La présence d’eau dans le fond de cuvette, une doline par exemple, relève d’un autre phénomène hydrologique naturel et n’est donc pas porté sur cette carte.

  • Sur la base de l’évaluation préliminaire des risques d’inondation (EPRI) nationale et des EPRI de chaque district hydrographique et de leurs addendum, 124 territoires à risque d’inondation important (TRI) ont été arrêtés sur l’ensemble du territoire national. Ces territoires à risque d’inondation important font l’objet d’un diagnostic approfondi du risque. Une cartographie des risques est ainsi réalisée sur chaque TRI et arrêté par le préfet coordonnateur de bassin (arrêté du 22/10/2018). Cette cartographie constitue une étape majeure dans la connaissance des spécificités du territoire, des aléas auxquels il peut être soumis et dans la localisation des enjeux en rapport avec ces événements. Le but est de mieux connaître la vulnérabilité du territoire pour savoir quels sont les outils de gestion à privilégier. Cette cartographie donne un premier accès à l’analyse des vulnérabilités et du fonctionnement socio-économique de la zone : exposition des établissements sensibles (hôpitaux, écoles, entreprises Seveso), emplacements stratégiques des réseaux routiers, sensibilité des réseaux d’énergie, d’eau potable ou d’assainissement... Une fois le territoire à risque d’inondation important identifié et analysé au regard des risques d’inondation, l’étape suivante consiste à mettre en place une gestion ciblée des risques auxquels il est soumis pour anticiper et réduire l’impact des crises. Abritant une grande densité de population urbaine, les TRI font en effet l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics pour y réduire le coût des dommages consécutifs aux inondations. Ainsi, aux côtés de l’État, les collectivités locales assurent une gestion de ces risques, sur un périmètre géographique pertinent, par une stratégie locale pour répondre aux ambitions de la stratégie nationale de gestion des risques d’inondation (SNGRI) déclinée ensuite par un programme d’actions opérationnel, le PAPI (programme d’actions de prévention des inondations).

  • Les lignes d’isocote (courbes de niveaux des altitudes atteintes par les eaux lors de la crue de référence en mètre NGF))constituent une série de données géographiques produites dans le cadre de l'élaboration des atlas des zones inondables (AZI) selon la méthode hydraulique.

  • L_ZI_DORDOGNE_RHUE_2009_ALEAS_S_019 Aléas de la zone inondable par approche hydraulique et hydrogéomorphologique des rivières la Dordogne et la Rhue, commune de Bort-les-Orgues en Corrèze L’étude a déterminé les zones inondables de la Dordogne et de la Rhue dans la traversée de la commune de Bort-les-Orgues par approche hydrogéomorphologique sur les secteurs naturels et par une approche hydraulique sur les secteurs présentant des enjeux (zones urbanisées traversées par la Dordogne jusqu’à la confluence avec la Rhue et secteur du centre d’aide par le travail de la Saule bordé par la Rhue). La cartographie issue de la présente étude se substitue à la cartographie de la zone inondable de la Dordogne établie en 2000 uniquement sur le secteur de la Plantade. L’étude hydrogéomorphologique est une approche naturaliste basée sur la morphologie et la sédimentologie de la plaine alluviale. Elle permet de repérer les différents lits de la rivière façonnés par les crues passées (lits mineur, moyen, majeur, voire exceptionnel) pour établir une cartographie du lit ordinaire du cours d’eau, des zones de crues très fréquentes (de retour annuel, ici zone de marnage de la retenue du barrage hydroélectrique), fréquentes (retour de 5 à 15 ans) et exceptionnelles (plus hautes eaux). L’approche hydraulique s’attache à reproduire la crue de référence en intégrant les paramètres relatifs à la crue et aux conditions d’écoulement. La crue de référence pour la Dordogne est la crue de 1944 d’une période de retour estimée à 150 ans ; pour la Rhue la crue de référence est la crue centennale estimée. La modélisation hydraulique a été réalisée à l’aide du logiciel Hec-ras (EU)